Yahweh, le Dieu de ségrégationcontreSatan, le dieu d’intégration

par Clifton A. Emahiser

Vous êtes libres de copier ce texte, mais pas de l’éditer.

Comme le suggère le titre, nous allons adresser ici une des plus grandes sources de désarroi, causant bien des discordes et du chagrin. Je cherchais un moyen d’impressionner l’esprit de mes lecteurs sur l’incroyable dégénérescence dans laquelle notre société est tombée. Je pensais aussi décrire Satan comme un «démagogue», mais il est dit en 2 Cor. 4:4 :

«… en lesquels le dieu de cet âge a aveuglé les pensées des incrédules, pour que la lumière de l’évangile de la gloire du Christ, qui est l’image de Yahweh, ne resplendît pas pour eux».

Nous avons donc deux dieux ici : un Vrai et un prétendu, d’imitation. Comme l’indique le titre, ces deux dieux ont des programmes opposés. Et d’après le titre, il ne doit pas faire de doute pour le lecteur quel dieu il doit suivre. Dans une énorme proportion, aujourd’hui, la prétendue «Chrétienté» des églises suit Satan, le dieu de l’intégration. Non seulement cela, mais plus de 90% des pasteurs dans l’Identité Chrétienne enseignent l’universalisme, approvisionnant les races non-Blanches. Oui, la fausse Chrétienté des églises fait mine d’adorer un dieu sans nom, tandis qu’en même temps elle envoie des missionnaires vers des enosh [A]  [A] mot hébreu ; désigne un humanoïde, un mortel, en général (NDT). étrangers. Ted R. Weiland [B]  [B] «pasteur» universaliste prétendant enseigner l’Identité Chrétienne (NDT). a même admis avoir envoyé des Bibles au Nigéria. De tels comportements suivent le programme de Satan, pas celui de Yahweh!

De Yahshua à Jésus : évolution d’un nom

par William Finck

Le but de cette discussion est de montrer comment le nom Jésus est apparu. Je ne vais certainement pas préconiser que l’on fasse appel à Yahshua Christ, le Rédempteur d’Israël, en utilisant le nom Jésus ; cependant il existe de sérieuses idées fausses concernant l’origine de ce nom et je vais en parler ici.

Pour simplifier la présentation, nous allons considérer comme acquis que les représentations correctes des noms de notre Dieu sont Yahweh et Yahshua, étant donné qu’ils sont la translittération directe de l’hébreu. Je connais, bien entendu, les énonciations masorétiques que l’on trouve dans le lexique hébreu de Strong (i.e. Yehowshua, voir #3091), cependant je les remettrai en cause. Car les noms commençant par yeho- dans l’Ancien Testament devinrent des noms commençant par ῾Ιω- (Iô-) dans la traduction de la Septuagint, et ce n’est pas le cas avec ce nom-ci. Pour obtenir plus d’informations sur ce sujet, lire le pamphlet récent du même auteur intitulé Which Is It, ``Lord'' or ``Yahweh''? De plus, je ne vais pas citer ici de longs passages des lexiques mais je serai concis et je ne ferai que les paraphraser lorsque ce sera nécessaire à mon illustration. Je citerai cependant toutes mes sources.

Votre Héritage

Bertrand L. Comparet

Introduction

On entend souvent aujourd’hui le terme anti-sémite. Ce terme est une création des Pharisiens modernes, qui sont anti-Chrétiens. L’objectif de cette création était de diffamer ou de noircir le nom et la réputation des Chrétiens cherchant à protéger et défendre leur foi contre l’attaque de ceux qui veulent la détruire.

Le terme «sémitique» est dérivé du patriarche Sem et est correctement employé pour le peuple qui descend de lui. Tous les vrais Israélites (pas les juifs, comme ce livret le démontre) sont donc Sémites ; et aujourd’hui ils sont les grandes nations Blanches Chrétiennes du monde occidental. Les juifs (comme le démontre la seconde partie de ce livret) ne sont pas Sémites du tout, puisque leurs ancêtres Khazars et Cananéens n’étaient pas descendants de Sem. Leur accusation diffamatoire «anti-sémitique» contre tous ceux qui s’opposent à la confiscation juive de la Palestine est donc fausse (en réalité, les Arabes — qui sont à moitié Sémites -- peuvent justement accuser les juifs d’anti-sémitisme!)

Suivons la piste du fil écarlate

par Clifton A. Emahiser

Vous êtes libres de copier ce texte, mais pas de l’éditer.

Le commencement de notre histoire se trouve en Genèse 38:27--30, avec les naissances de Pérets et de Zérakh, fils du patriarche Juda et enfantés par Tamar. Mais dans cet exposé nous nous intéresserons à la lignée de Zérakh uniquement. Lorsque les fils jumeaux de Juda étaient près de naître, il parût à la sage-femme que Zérakh allait naître en premier ; elle lia donc autour de sa main un fil écarlate. Il est significatif qu’un «fil écarlate» ait été utilisé, car il s’agissait d’un signe de royauté. Il faut aussi noter qu’aucun des précédents fils de Juda, Er, Onan ou Shéla (né d’une fille cananéenne de Shua, I Chron. 2:3) ne fut jamais considéré comme royal! Nous trouvons dans le Livre de Jasher, 45:23 : «Et dans ces jours-là, Juda alla vers la maison de Sem et prit Tamar la fille d’Élam …». Nous voyons donc d’après ceci que Pérets comme Zérakh étaient de sang royal, ainsi que des Sémites pur-sang!

La résurrection : comment, quand et pour qui ?

par Clifton A. Emahiser

Vous êtes libres de copier ce texte, mais pas de l’éditer.

Il n’existe sans doute aucun sujet biblique donnant lieu à d’aussi nombreux et différents concepts que la résurrection. Chaque petit groupe, chaque petite secte possède sa propre interprétation, qui s’applique généralement uniquement pour eux-mêmes. Mais en II Pierre 1:20, il est dit :

Sachant ceci premièrement, qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même.

Nous devons nous demander : «Est-ce que la résurrection tombe dans la catégorie de la prophétie?». Il me semble que ce serait une bonne idée d’examiner ce que les Écritures ont à dire sur ce sujet. Quand on étudie un sujet dans les Écritures, c’est toujours une bonne habitude d’utiliser la règle de la première mention. La première mention faisant allusion à la vie éternelle se trouve en Genèse 3:22 :

Il n’y a pas de pacifisme dans la Bible

par Bertrand L. Comparet

On rapporte qu’un Hindou a récemment entrepris de réprimander toutes les nations Chrétiennes, en demandant «Comment pouvez-vous réconcilier la doctrine de non-résistance de Jésus avec vos armements militaires et avec les guerres que vous livrez de temps en temps? Lequel d’entre vous retournera le bien pour le mal?». En parlant ainsi, l’Hindou pavoisait béatement devant ce qu’il pensait être une inconsistance entre notre religion et notre conduite nationale. Malheureusement, il existe même certains Chrétiens qui sont si ignorants de leur propre religion qu’il sont embarrassés par de telles accusations et pensent que nous devons être coupables d’inconsistance et même d’erreur. L’ignorance de l’Hindou peut être excusée, car il ne connaît rien de notre religion au-delà de quelques phrases citées hors-contexte ; mais il est temps que les Chrétiens apprennent ce qu’il en est vraiment de leur propre religion. Nous pourrions retourner à l’Hindou la question : comment peut-il réconcilier l’attaque agressive de son Premier Ministre Nehru contre la Goa portugaise, que le Portugal détient depuis l’année 1510 — comment peut-il réconcilier cette guerre agressive avec les nobles proclamations de Nehru sur sa dévotion à la paix — c’est-à-dire à toute situation dans laquelle la «paix» consiste à laisser les hommes Blancs dans l’esclavage.

La Papyrologie et la datation du Nouveau Testament

par V. S. Herrell

Bien des gens sont ignorants de l’importance des nombreux papyrii ayant été découverts dans les 130 dernières années pour l’expertise textuelle du Nouveau Testament, et la plupart de ceux qui sont familiers avec ces faits ne connaissent pas du tout les nouvelles preuves et découvertes ayant été faites dans les trois ou quatre dernières décennies et qui ont révolutionné encore davantage la science de la papyrologie, plus spécialement concernant la critique textuelle du Nouveau Testament.

Les Mexicains sont des descendants de Caïn (fils de Satan)

par Clifton A. Emahiser

Vous êtes libres de copier ce texte, mais pas de l’éditer.

Dès l’abord, certains vont protester, en citant deux raisons :

  1. tous les descendants de Caïn furent noyés par le déluge de Noé
  2. Genèse 4:1 dit qu’Adam était le père de Caïn.

En ce qui concerne Adam père de Caïn, on sait que le passage en Genèse 4:1 est corrompu, et rien ne peut être prouvé en le citant. En ce qui concerne les descendants de Caïn noyés par le déluge de Noé, les Écritures disent clairement qu’ils ne le furent pas.

Le dogme bidon pas de Satande Mark Downey

par Clifton A. Emahiser

Partie 1

Ceci est un sujet que je devais adresser, et c’est ce que je vais faire. Cette brochure n’est pas seulement dirigée personnellement vers Mark Downey, mais vers tous ceux qui promeuvent cette même doctrine fallacieuse selon laquelle «il n’existe pas de diable». En promouvant ce concept hérétique, on efface la fondation de Genèse 3:15 sur laquelle repose tout le reste du récit des Évangiles bibliques. Car s’il n’existe pas de Satan, alors il n’y eut pas de séduction physique d’Ève, et donc pas de «semence du serpent». Et s’il n’y a pas de «semence du serpent» pour meurtrir la «semence de la femme», nous, les Adamiques, n’avons aucun salut! Et sans avoir été rachetés par un Messie meurtri, nous resterons à tout jamais dans nos tombes! Comme vous pouvez clairement le comprendre, les implications d’une telle hérésie diabolique sont absolument non Chrétiennes. Je ne sais pas quel genre de «christ» exsangue Downey et ceux de son espèce vénèrent, mais mon «Christ» fut «meurtri» par les descendants direct du serpent (c’est-à-dire le Satan). Je répète : s’il n’y a pas de Satan, le Christ ne fut pas meurtri et nous sommes toujours dans nos péchés sans aucun espoir de résurrection!

Les exterminateurs reptiliens

par Verbal Vandal

Notice sur la copie

Vous avez la permission de copier et de redistribuer ce document ou tout article contenu dans celui-ci, aux conditions suivantes : aucun changement ou altération ne sera effectué ; ce document ne sera l’objet d’aucune vente ; aucun argent ne changera de mains ; aucun prix ne sera demandé ; aucune citation ou URL ne pourra être enlevé d’un quelconque article publié dans ce document ; personne ne pourra proclamer la moindre partie de ce document comme étant son propre travail ; le document devra être reproduit dans son entièreté ; la redistribution ou la republication devra se conformer à la règle d’honnêteté ; la redistribution de ce document se destinera aux personnes ayant exprimé un intérêt dans cette matière.